mercredi 6 décembre 2017

PAR MONTS ET PAR MOTS 

Décembre 2017

Petit lipogramme entre amis ... 

Chaque participant tire au sort une lettre 
qui lui sera interdite pour l'écriture de son texte ...

Deuxième partie de soirée : tout le monde se passe du S ...  

***
G

Elle commence comme souvent.
Par la lettre A, ça va de soi.
A ? Ah … Oui … Avant, Après, Amoureusement, AbrAcAdAbrA … Bon, jusque là ça va
Le B de BB … pour un baiser ... c’est ok bébé
Et sans le C, qu’aurait-on fait ? Point de Chatouilles ou Cabrioles
Si D et E exclus, plus de hasard … (Bein oui, plus de DÉ, vous suivez ?) … et les jeux de l’amour et du hasard vont de paire
F manque à Frivolité … Forcément
BoH, le H, on s’en ficHe non ? Sauf si on cHuinte, là Ché balo
On conserve le I … pour mettre les poInts où Il faut
J pour Jupe ou K pour Kilt ? … c’est comme on veut
Les esprits et les corps s’échauffent, il en manque une, on brûle, laquelle est-ce ?
L est NRV … est-ce à cause du Kfé ou du T ?
L H O … L A O T C O
Oh Oh …
Après ça vient le Q si je ne m’abuse
Non non … pas pris de LSD, ni restée trop exposée aux UV
Mais alors que tout le monde cherche à percer ce mystère depuis la naissance de la féminité … voilà qu’il disparaît de mon alphabet … heureusement que pour la soirée … j’ai perdu le point … bip ...
Et le dossier est classé X !
Delphine

*** 
Sans cesse

Il a vu la mort en face.
Il a l'habitude de défier le danger. Cela lui tient-il lieu de drogue ? Non, vraiment non. Il aime le danger car le danger a un caractère exactement : il oblige à faire face.
Il a de cette façon contracté, avec celle du danger, l'habitude de faire face. À tout, à tout le monde, à chaque événement de la vie, en quelque lieu qu'il débarque.
Il a réfléchi, il a vu : au fond, à quoi fait-on face, de manière ultime, quand on fait face ? À la grimace finale, celle de la mort qui attend. Cependant, cela ne l'effraie nullement. Il y a une image en lui : il avance tranquillement, royalement même, traçant la route de crête. Et à côté, tout au fond du ravin, émergeant comme un récif de la mer étale, tout l'immonde, tout l'effroyable, tout le mortel de la vie. Il n'en a cure.
Il a vu la mort en face, et il vit. Aujourd'hui.
Noëlle-Ariane

***

K  
Elle commence comme souvent ,cette histoire de conte de fée dont la jeune fille est l’héroïne. Une histoire qui nous vient de Walt Disney, des contes pour enfants, et tout ça. Mais les histoires de ce charlatan de Walt Disney, je les voyais comme elles étaient, des trompe l’œil féeriques. Oui, la fille de trois ans à laquelle vous racontez cette histoire, s’imagine qu’elle est une petite princesse. Mais en fait, la transformation de votre gamine en princesse ça vous fout mal, elle se met à vous commander : « fait ça ,donne moi ça » et tu ne peux même pas répliquer, sinon tu te fais jeter ,j’ai la solution ! Je n’ai pas de fille et je regarde pas Walt Disney . 
Naïm 

*** 

S
Il a vu la mort en face. Quand il revint à lui, il n’était en rien le même qu’avant l’accident. Un morceau avait dû être arraché au moment de l’attaque, attaque d’une violence terrible paraît-il dixit le gendarme. Pourtant il avait une apparence normale, pareille à d’habitude. Que lui manquait-il ? Quel petit morceau avait été coupé ? L’avait-il avalé ? Peu probable. Peut-être qu’au moment où le chimpanzé avait introduit la main à l’intérieur de la bouche de l’homme, cela avait eu lieu. Que pouvait-il dire ? On entendit vite qu’il zozotait. Le chimpanzé n’avait rien arraché, au contraire, plutôt jeté un cheveu, un poil, à l’intérieur de la bouche, et voilà que l’homme était incapable de prononcer la lettre interdite.
Zaperlipopette, zé une drôle d’hiztoire za non ? 
Delphine 

***
Sans eux

Il anticipait toujours ainsi son long parcours. D'abord il passait sa parka d'alpaga. N'oubliait pas un machin cuir plus angora pour couvrir son front. Car il lui fallait surtout avoir chaud là-haut, au ciboulot. Un grognard à Napo, on aurait dit …
Ça faisait trop zarbi, ça oui. Chacun rigolait, ironisait sur « c' pauv' gus ». Mais lui ? Ni chaud ni froid ça lui faisait. Lui, il marchait, voilà tout.
Où allait-il ? Va savoir. Savait-il, lui ? Il traçait son rail tout droit dans la nuit. On aurait dit qu'un truc tirait, tirait, à partir d'un là-bas si loin, d'un total inconnu.
L'inconnu, il l'aimait. Il l'aimait, oui. Il l'aimait tant qu'un jour il partit à jamais là-bas : il l'avait joint, son inconnu. Alors nous, on trouva son nom : l'Inconnu.
Au fond, nous l'aimions.
Noëlle-Ariane

***

 
L

C'était, comme souvent, même début.
Ça commençait comme ça : d'abord, Pierre essayait de démarrer mais, moteur pourtant ronrronnant, cette voiture ne démarrait pas...
Rien ne fonctionnait, Pierre sortit, nuit noire. Nuit noire et rien qui bouge...
Juste ses battements de cœur, tic-tac-tic-tac-tic-tac.
Pierres marchait dans des buissons, Pierre entendait un bruit, ce bruit se rapprochait, poc-poc-poc-poc, et, tout d'un coup émergea du buisson … un cown, (vous savez, ces comédiens humoristiques).
Ce cown fit coucou, puis disparut, et Pierres était maintenant à une fête foraine. Y'avait beaucoup de monde, ça criait dans tout les sens...
Et puis une crevasse dans ces pavés, des trucs bizarres qui en sortent, mais surtout des objets, et puis Pierres tombe, et puis Pierre crie, et puis Pierres pleure, et puis Pierre de réveille.
Eliot Castan

 

mercredi 22 novembre 2017

Horaires d'hiver

HORAIRES D'HIVER A LA BIBLIOTHEQUE DE TRAUSSE
PERMANENCES LES LUNDIS ET VENDREDIS DE 16H A 17H

Prochains rendez-vous :
"Par Monts et Par Mots", l'atelier de la bibliothèque, vendredi 1er décembre de 20h30 à 22h, inscription obligatoire, gratuit.
"ReLiT", rencontre littéraire de la tour, vendredi 15 décembre à partir de 20h30, salle de la tour trancavel, entrée libre et gratuite.

Renseignements: castan.gd@orange.fr / 06 08 12 90 59 / trausse-biblio.blogspot.fr

ReLiT novembre

 

Rencontre Littéraire de la Tour (ReLiT) de la bibliothèque de Trausse hier ... Merci à Marie-Paule et Jean-Louis pour le rendu des coups de coeur de Mehdi de Mots et Cie ... Bientôt des nouveautés à la bibliothèque de Trausse ... chuuut on vous racontera tout ! On en a parlé aussi : les prix littéraires qui nous ont plu, nous ont ennuyé ... Slimani, Enard, Maalouf, Modiano ... Et l'autofiction, néologisme créé en 1977 par Doubrovsky, c'est quoi ? Récit, autobiographie, roman, psychanalyse ... ? Nothomb, Angot, Butor, Duras, Cusset ...

Prochaine ReLiT le vendredi 15 décembre à 20h30 à la salle de la tour : Lire des essais ? Pourquoi faire ? Autour dun essai sur les Essais "Montaigne anti-stress" de Noëlle Mollex. Pour rester informé : trausse-biblio.blogspot.fr

Prix des Inco


Ce matin, les bénévoles de la bibliothèque du village recevaient Alice Brière-Haquet, autrice de Nina, livre figurant dans la sélection du prix des Incorruptibles pour les CE2-CM1. Malika Tamdjrit de la Bibliothèque départementale de l'Aude a choisi notre bibliothèque pour son dynamisme et ses multiples activités. Grâce à la BDA, nous avons pu vivre une belle rencontre entre l'autrice (qui venait de Caen pour 2 jours dans l'Aude et 6 bibliothèques visitées au total) et les élèves de la classe de CE1-CM2 de Marie Escot. C'est la première année que notre bibliothèque participe à ce prix, et c'est un grand plaisir pour les bénévoles de voir l'enthousiasme des élèves. Merci donc à Alice, à la BDA, à Marie, aux enfants, et à monsieur le maire qui n'a pu être présent pour des raisons personnelles. 










Une rencontre auteur particulière


dimanche 12 novembre 2017

Le conseil de Denis : Treblinka de Steiner

Le conseil de Denis
TREBLINKA
de Steiner


Un livre très fort et très prenant sur une histoire dramatique des camps de la mort. Cet ouvrage constitué de témoignages et d'explications historiques précises est d'une clarté exemplaire sur les conditions de vie à Treblinka. À la lecture d'un tel ouvrage, personne ne peut rester insensible à la cruauté du régime hitlérien. Même si la dureté et l'horreur sont présentes cela permet de faire perdurer ce devoir de mémoire. Merci pour cet ouvrage.